Blog de BEROCHEFUSION

Les dernières news...

Accueil


NEOFUSION : séance du 19 février 2014

Suite au Forum de Boudry du 19 juin 2013, un groupe de citoyens se sont chargés de réaliser la conclusion du forum. Ils ont créé une Commission de réflexion, composée de citoyens de plusieurs communes (anciens conseillers communaux, généraux, députés et autres: Adrien Laurent, Claude Ribaux, Marc Humbert-Prince, Jean-Michel Buschini, Berthier Perregaux, Jean-François Kunzi, Laurence Perrin, Mathieu Despont, Damian Twerenbold, Dragan Bunic, Claudia Glauser, Florence Nater, Daniel Schuerch, Pierre Geissbuhler et Olivier Félix ).

Durant l'automne - hiver 2013 – 2014, cette commission a travaillé sur la manière de poursuivre la démarche de promotion de fusion dans le district. Elle a réuni (le 19 février 2014 à Boudry) les représentants de toutes les communes du district de Boudry, excepté celle de Courcelles-Cormondrèche.

Lors de cette séance constitutive, trois membres de la Commission de réflexion ont exposé leurs contributions :

M. Claude Ribaux a brièvement rappelé l’historique de l’idée de fusion de communes du district de Boudry ainsi que les efforts des membres de cette commission pour réunir les élus des communes à cette séance.Pour la suite cliquer ici sur le document PFD

M. Marc Humbert-Prince a exposé les réflexions de la Commission sur les missions à accomplir suite au Forum de Boudry du 19 juin 2013, à savoir création d’une Commission politique qui sera soutenue par celle déjà existante Commission de réflexion, importance de la communication, respect de la base légale, transparence, etc. Pour la suite cliquer ici sur le document PFD

M. Jean-Michel Buschini
, a expliqué le projet relatif à la création d’une Commission politique du littoral ouest en faveur d’une fusion. Dans sa contribution, il a abordé différents points relatifs au fonctionnement de la commission politique, sa composition, fréquence des réunions, aux raisons de la fusion, etc. Pour la suite cliquer ici sur le document PFD

Les représentants des communes ont décidé de créer une COMMISSION POLITIQUE, composée de représentants de toutes les communes prêtes à se lancer dans une réflexion sur la fusion. Les communes nomment un conseiller communal et un suppléant (conseiller communal ou conseiller général) qui siégera dans cette commission. Sept communes ont tout de suite donné les noms de leurs représentants et les autres les donneront ultérieurement.

Commission politique peut compter sur l’aide de la COMMISSION DE REFLEXION, dont l’existence et le nom ont été approuvés des élus communaux, qui est ouverte aux autres citoyens qui sont prêts à s’investir dans cette réflexion.

La Commission politique décidera ce qui est à faire dans le futur quant à la fusion à une ou à plusieurs communes, établira un projet pour cela, sollicitera ou non une aide extérieure... elle se réunira dès que les noms de représentant d’autres communes sont connus.

Nous encourageons vivement celles et ceux qui ont des idées sur ce sujet de nous faire parvenir leurs messages en l’inscrivant en-dessous de ce texte et les en remercions chaleureusement.

Commission de réflexion de Fusion Littoral-Ouest

Commentaires (7) 22.02.2014. 14:46



Neofusion – Forum du 19 juin 2013 – Compte-rendu

Sur l'initiative d'un groupe de conseillers communaux (actuels et anciens), un forum consacré à la fusion a eu lieu à Boudry le 19 juin dernier. 54 personnes (députés, conseillers communaux, conseillers généraux et présidents des sociétés locales) de toutes les communes du district de Boudry y ont participé.

La plupart des participants (4 sur 5) sont favorables à une fusion de communes, mais ne sont pas d'accord quant au nombre de communes à fusionner: certains sont pour avancer pas à pas; d'autres pour fusionner 3 communes ayant 10'000 habitants environ; certains sont pour fusionner toutes les communes du district de Boudry d'autres encore pour fusionner toutes les communes du littoral (de Vaumarcus au Landeron).

Les participants admettent des arguments que des grandes communes sont écoutées par le canton, que les petites communes sont méfiantes quant à la perte de leur identité (peur de se faire "manger" par les grandes communes) et que le coefficient fiscal pose un problème pour fusionner.

Le "comité" de réflexion à prévu de se réunir fin août 2013 pour tirer les enseignements de ce forum et imaginer les suites à donner. Quant à l'ACB, elle vous tiendra au courant de ces "réflexions. Pour lire le compte-rendu du forum, cliquez ici!

Commentaires (1) 29.08.2013. 13:36



Dragan Bunic, Le processus de fusion de la Béroche avait déjà commencé en août 1888

Les premiers jours du mois d’août la Béroche a fêté deux anniversaires importants. Celui de la Confédération helvétique (fête fédérale du 1er août) et celles des communes bérochales fusionnées en 1888 (Saint-Aubin avec Sauges, Vaumarcus avec Vernéaz). Un troisième anniversaire important pour notre population, à savoir l’entrée de Neuchâtel dans la Confédération helvétique, aura lieu en septembre 2014.

S’agissant de la fête nationale les orateurs étaient : à Fresens M. Marc-André Magnin, président du Conseil communal ; à Montalchez, M. Olivier Perrin, président du Conseil communal ; à Vaumarcus, M. Boris Keller, député au Grand conseil neuchâtelois ; et à Saint-Aubin (fête organisée par les communes de Gorgier et de Saint-Aubin-Sauges), M. Laurent Favre, conseiller national et président de l’association « Neuchâtel Bicentenaire 2014 » (dont Daniel Kramer, conseiller communal à Saint-Aubin-Sauges et membre de l’ACB fait partie) qui nous invite d’ores et déjà à fêter les 200 ans du canton de Neuchâtel dans la confédération helvétique.

Les orateurs ont souligné l’importance de la solidarité des collectivités publiques et de la population pour notre pays, de la démocratie et d’autres valeurs inhérentes à notre société. M. Favre, très proche du milieu de nos agriculteurs et viticulteurs en tant qu’ingénieur agronome HES, directeur de la chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture à Cernier, président de Swiss Engineering [réseau professionnel des ingénieurs et des architectes de Suisse]... a évoqué l’importance de la solidarité pour nos agriculteurs et viticulteurs qui ont été récemment durement frappés par la grêle. LISEZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

M. Olivier Perrin relève le fait que durant ces derniers trois ans le nombre de communes en Suisse a baissé de 111 unités (de 2'596 à 2'485), ce qui est un résultat de fusion de ces collectivités publiques. Il constate que dans notre région, la Béroche, les réflexions sur une éventuelle fusion ont été quelque peu freinées. En effet cette idée n’a finalement pas été accueillie de manière positive dans toutes les communes. Projet de fusion freiné mais pas abandonné puisque le groupe de travail composé de représentants des 5 communes continue de se réunir régulièrement pour en débattre. LISEZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

Le soir du 31 juillet, la commune de Vaumarcus a fêté la fête nationale et le 125ème anniversaire de fusion de Vaumarcus avec Vernéaz. L’orateur, M. Boris Keller « lance l’idée d’inciter les communes sises de Vaumarcus à Boudry à s’unir pour former une agglomération forte face aux grandes entités en place maintenant dans le canton » (cf. article Coup à double » paru dans la « Feuille d’Avis de la Béroche » du 9 août 2013).

Quant à la fusion de communes bérochales, le 3 août 2013, au stade de Saint-Aubin, la commune de Saint-Aubin-Sauges a organisé une belle fête de 125ème anniversaire d’une des premières fusions de communes bérochales effectuée le 3 août 1888. Le discours de M. Jean Fehlbaum, membre de l’Association de citoyens de la Béroche (ACB), a été beaucoup apprécié par les invités dont le nombre était impressionnant.

Dans son discours, très instructif et très illustratif, M. Fehlbaum rappelle que les premières traces de collaboration entre nos deux villages remontent au 12ème siècle (ce qui remonte encore avant l’époque de la création de la Confédération suisse).

Quant à la fusion de communes bérochales, elle a commencé en août 1888 par deux fusions: Vaumarcus avec Vérneaz, et Saint-Aubin avec Sauges. La même année par contre, une fusion envisagée entre Fresens et Montalchez a échoué.

Il constate que quand la collectivité le veut elle peut s’offrir des choses dont elle n’avait peut-être même pas osé rêver avant, il faut juste choisir le bon moment, et que notre Paroisse, créée en 1558, est nettement plus ancienne que notre canton, qui ne fêtera en 2014 que ses 200 ans en tant que canton suisse. Donc même petite par la taille et la population, notre région et ses Communes ont fait preuve d’une grande solidité et solidarité grâce à des processus démocratiques vieux de plusieurs siècles. L’orateur souligne l’importance de la Paroisse pour notre région, dont le nom est dérivé. Il raconte une anecdote, toujours actuelle, qui démontre bien que la désunion de la Béroche n’était jamais souhaitable et ne l’est surtout pas aujourd’hui. La voici : «… de nombreuses tentatives de partage définitif des biens de la paroisse échouèrent en 1851, 1862, 1893, 1899. Et je vous cite un passage du livre de Paul Martin, « Si la Béroche nous était contée » paru en 1980 : ces tentatives échouèrent donc surtout grâce à la Commune de Saint-Aubin qui s’opposa énergiquement en 1861-62 à la destruction de tout ce qu’il y avait d’excellent à la Béroche et qui sut éviter que 5 petites Communes s’isolent égoïstement dans leurs petits intérêts mesquins après avoir tué la vielle poule aux œufs d’or qui distribuait généreusement le solde de ses revenus ». LISEZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

Emerveillé par le magnifique feu d’artifice, accompagné d’un morceau de musique classique, un touriste bâlois, qui a été présent aussi à la fête nationale de 1er août à Saint-Aubin, nos a félicité d’avoir fêté une fois pour la Suisse et une fois pour la Béroche, et que cette seconde fête a été très belle. Nous lui avons expliqué que la première fête a été organisée par les communes de Gorgier et de Saint-Aubin-Sauges, qui a lieu une année à Gorgier et l’autre à Saint-Aubin. S’agissant de seconde fête, il s’agit du 125ème anniversaire de la fusion de certaines communes bérochales, à savoir Vérneaz avec Vaumarcus et Saint-Aubin avec Sauges, le 3 août 1888. Ce touriste dit avoir compris en écoutant les discours lors de la fête nationale et de la fête bérochale (MM. Favre et Fehlbaum) qu’il s’agit de la Béroche. Nous lui avons fait savoir que la Béroche n’est pas une commune, mais une région ayant cinq communes. Etonné par ce fait, car tout le monde parle de la Béroche, qui existe plusieurs siècles, il nous a demandé pourquoi la fête nationale ne s’organise pas chaque année dans un autre village. Ainsi les touristes pourront connaitre ce magnifique coin, comme l’appelé à juste titre M. Favre, et les citoyens des villages bérochaux se connaîtront mieux entre eux connaîtront mieux d’autres villages de la Béroche. Nous n’avons pas pu répondre à cette question, mais lui avons promis de transmettre ses réflexions à nos communes respectives. Dison encore qu’après cet excellent discours de M. Fehlbaum, certains membres de l’ACB (Mme Betty Arm et MM. Jean Panes et Dragan Bunic) ont réussi à recruter 40 nouveaux membres, résidents de nos communes bérochales. L’ACB compte actuellement 85 membres. Nos citoyens ont bien compris que cette association, qui regroupe sous le même toit des citoyens et des élus de nos 5 communes, aura un important impact sur le processus de rapprochement de nos communes, un processus qui a commencé au 19ème siècle.

Commentaires (5) 11.08.2013. 10:47

Pages


Catégories


Flux RSS


Derniers Articles


Commentaires


Login