Blog de BEROCHEFUSION

Les dernières news...

Accueil · Comité de l'ACB · Le processus de fusion de la Béroche avait déjà commencé en août 1888

Le processus de fusion de la Béroche avait déjà commencé en août 1888

Les premiers jours du mois d’août la Béroche a fêté deux anniversaires importants. Celui de la Confédération helvétique (fête fédérale du 1er août) et celles des communes bérochales fusionnées en 1888 (Saint-Aubin avec Sauges, Vaumarcus avec Vernéaz). Un troisième anniversaire important pour notre population, à savoir l’entrée de Neuchâtel dans la Confédération helvétique, aura lieu en septembre 2014.

S’agissant de la fête nationale les orateurs étaient : à Fresens M. Marc-André Magnin, président du Conseil communal ; à Montalchez, M. Olivier Perrin, président du Conseil communal ; à Vaumarcus, M. Boris Keller, député au Grand conseil neuchâtelois ; et à Saint-Aubin (fête organisée par les communes de Gorgier et de Saint-Aubin-Sauges), M. Laurent Favre, conseiller national et président de l’association « Neuchâtel Bicentenaire 2014 » (dont Daniel Kramer, conseiller communal à Saint-Aubin-Sauges et membre de l’ACB fait partie) qui nous invite d’ores et déjà à fêter les 200 ans du canton de Neuchâtel dans la confédération helvétique.

Les orateurs ont souligné l’importance de la solidarité des collectivités publiques et de la population pour notre pays, de la démocratie et d’autres valeurs inhérentes à notre société. M. Favre, très proche du milieu de nos agriculteurs et viticulteurs en tant qu’ingénieur agronome HES, directeur de la chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture à Cernier, président de Swiss Engineering [réseau professionnel des ingénieurs et des architectes de Suisse]... a évoqué l’importance de la solidarité pour nos agriculteurs et viticulteurs qui ont été récemment durement frappés par la grêle. LISEZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

M. Olivier Perrin relève le fait que durant ces derniers trois ans le nombre de communes en Suisse a baissé de 111 unités (de 2'596 à 2'485), ce qui est un résultat de fusion de ces collectivités publiques. Il constate que dans notre région, la Béroche, les réflexions sur une éventuelle fusion ont été quelque peu freinées. En effet cette idée n’a finalement pas été accueillie de manière positive dans toutes les communes. Projet de fusion freiné mais pas abandonné puisque le groupe de travail composé de représentants des 5 communes continue de se réunir régulièrement pour en débattre. LISEZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

Le soir du 31 juillet, la commune de Vaumarcus a fêté la fête nationale et le 125ème anniversaire de fusion de Vaumarcus avec Vernéaz. L’orateur, M. Boris Keller « lance l’idée d’inciter les communes sises de Vaumarcus à Boudry à s’unir pour former une agglomération forte face aux grandes entités en place maintenant dans le canton » (cf. article Coup à double » paru dans la « Feuille d’Avis de la Béroche » du 9 août 2013).

Quant à la fusion de communes bérochales, le 3 août 2013, au stade de Saint-Aubin, la commune de Saint-Aubin-Sauges a organisé une belle fête de 125ème anniversaire d’une des premières fusions de communes bérochales effectuée le 3 août 1888. Le discours de M. Jean Fehlbaum, membre de l’Association de citoyens de la Béroche (ACB), a été beaucoup apprécié par les invités dont le nombre était impressionnant.

Dans son discours, très instructif et très illustratif, M. Fehlbaum rappelle que les premières traces de collaboration entre nos deux villages remontent au 12ème siècle (ce qui remonte encore avant l’époque de la création de la Confédération suisse).

Quant à la fusion de communes bérochales, elle a commencé en août 1888 par deux fusions: Vaumarcus avec Vérneaz, et Saint-Aubin avec Sauges. La même année par contre, une fusion envisagée entre Fresens et Montalchez a échoué.

Il constate que quand la collectivité le veut elle peut s’offrir des choses dont elle n’avait peut-être même pas osé rêver avant, il faut juste choisir le bon moment, et que notre Paroisse, créée en 1558, est nettement plus ancienne que notre canton, qui ne fêtera en 2014 que ses 200 ans en tant que canton suisse. Donc même petite par la taille et la population, notre région et ses Communes ont fait preuve d’une grande solidité et solidarité grâce à des processus démocratiques vieux de plusieurs siècles. L’orateur souligne l’importance de la Paroisse pour notre région, dont le nom est dérivé. Il raconte une anecdote, toujours actuelle, qui démontre bien que la désunion de la Béroche n’était jamais souhaitable et ne l’est surtout pas aujourd’hui. La voici : «… de nombreuses tentatives de partage définitif des biens de la paroisse échouèrent en 1851, 1862, 1893, 1899. Et je vous cite un passage du livre de Paul Martin, « Si la Béroche nous était contée » paru en 1980 : ces tentatives échouèrent donc surtout grâce à la Commune de Saint-Aubin qui s’opposa énergiquement en 1861-62 à la destruction de tout ce qu’il y avait d’excellent à la Béroche et qui sut éviter que 5 petites Communes s’isolent égoïstement dans leurs petits intérêts mesquins après avoir tué la vielle poule aux œufs d’or qui distribuait généreusement le solde de ses revenus ». LISEZ LA SUITE EN CLIQUANT ICI

Emerveillé par le magnifique feu d’artifice, accompagné d’un morceau de musique classique, un touriste bâlois, qui a été présent aussi à la fête nationale de 1er août à Saint-Aubin, nos a félicité d’avoir fêté une fois pour la Suisse et une fois pour la Béroche, et que cette seconde fête a été très belle. Nous lui avons expliqué que la première fête a été organisée par les communes de Gorgier et de Saint-Aubin-Sauges, qui a lieu une année à Gorgier et l’autre à Saint-Aubin. S’agissant de seconde fête, il s’agit du 125ème anniversaire de la fusion de certaines communes bérochales, à savoir Vérneaz avec Vaumarcus et Saint-Aubin avec Sauges, le 3 août 1888. Ce touriste dit avoir compris en écoutant les discours lors de la fête nationale et de la fête bérochale (MM. Favre et Fehlbaum) qu’il s’agit de la Béroche. Nous lui avons fait savoir que la Béroche n’est pas une commune, mais une région ayant cinq communes. Etonné par ce fait, car tout le monde parle de la Béroche, qui existe plusieurs siècles, il nous a demandé pourquoi la fête nationale ne s’organise pas chaque année dans un autre village. Ainsi les touristes pourront connaitre ce magnifique coin, comme l’appelé à juste titre M. Favre, et les citoyens des villages bérochaux se connaîtront mieux entre eux connaîtront mieux d’autres villages de la Béroche. Nous n’avons pas pu répondre à cette question, mais lui avons promis de transmettre ses réflexions à nos communes respectives. Dison encore qu’après cet excellent discours de M. Fehlbaum, certains membres de l’ACB (Mme Betty Arm et MM. Jean Panes et Dragan Bunic) ont réussi à recruter 40 nouveaux membres, résidents de nos communes bérochales. L’ACB compte actuellement 85 membres. Nos citoyens ont bien compris que cette association, qui regroupe sous le même toit des citoyens et des élus de nos 5 communes, aura un important impact sur le processus de rapprochement de nos communes, un processus qui a commencé au 19ème siècle.

11.08.2013. 10:47

Commentaires


Walter 01.12.2013. 19:26

Walter Chers Bérochaux,

Les habitants des 5 communes concernées ont reçu en 2011 des autorités respectives, un questionnaire pour l'étude d'une fusion entre les 5 communes de la Béroche afin de savoir s'il fallait continuer ou arrêter l'étude de faisabilité.

Les citoyens ont opté à 57% pour que cette étude soit faite.
Les autorités ont du prendre en compte la décision de cette majorité. Après les propositions des autorités il est bien entendu que le peuple décidera.

Cela fait maintenant environ 2 ans que cette étude piétine. Les autorités de la commune de Gorgier en sont responsables pour une grande partie. A notre avis les autres communes semblent se complaire de cette situation ou en tout cas ne montrent pas un dynamisme notoire pour faire avancer le dossier dans le sens voulu par le peuple. De ce fait ils ne respectent pas le vote des citoyens.

Il faudrait que les conseillers généraux des 5 communes fassent pression par tous les moyens démocratiques possibles pour débloquer et faire avancer rapidement la situation à 5 ou à 4. Ou alors l'ACB et la population doivent réagir absolument.

Les citoyens des 5 communes de la Béroche ont choisi une étude pour la fusion des communes de Saint-Aubin-Sauges, Gorgier-Chez-le-Bart, Vaumarcus-Vernéaz, Montalchez et Fresens.
L'étude doit se faire dans ce sens et c'est la population qui aura le dernier mot.
Par la suite, afin de respecter le vote des 5 communes, de nouvelles réflexions avec d'autres partenaires pourraient effectivement avoir lieu afin de savoir si la future "commune de la Béroche", et d'autres communes avoisinantes et inter cantonales seraient d'accord d'élargir la fusion.

A notre avis ces discussions prendront de longues années et peut-être ne se réaliseront jamais car trop de divergences, (Région, nom de la commune, armoiries, canton etc.) Est-ce la volonté de certains conseillers communaux? Nous espérons sincèrement que non!

Maintenant, allons de l'avant pour notre magnifique région de la Béroche.

Que diable!!


Roland et Mouna Walter Vaumarcus le 1 décembre 2013


Marc (Bevaix) 01.12.2013. 10:57

Marc (Bevaix) NEOFUSION (FUSION DES COMMUNES DU DISTRICT DE BOUDRY).
Il y a des idées intéressantes exprimées dans les blogs, par exemple d'associer dans le processus de fusion des communes vaudoises limitrophes. Quel est cependant leur avis sur la question?
Dans les discussions engagées au sein du district de Boudry, nous en sommes à explorer: qui en veut ou non de ces fusions ?
Les autorités, exécutives que législatives ont tant de peine à recruter des candidats pour assumer des responsabilités politiques. Les trop rares qui se manifestent (à gauche comme à droite) représentent-ils tous les intérêts d'une région? Pour certains d'entre eux ne s'accrochent-ils pas à des prérogatives d'un autre temps ?
Si la situation ne changeait pas, les fusions se feront par défaut et non plus fondées sur la volonté de la population.


Myriam Baechler de 1426 Concise 27.08.2013. 15:33

Myriam Baechler de 1426 Concise Chers voisins de Vaumarcus et de Saint-Aubin,
Vous venez de fêter le 125ème anniversaire de vos fusions entre les communes de Vaumarcus avec Vernéaz et de Saint-Aubin avec Sauges. Toutes mes félicitations aux organisateurs, cette fête commémorative fut couronnée de succès à entendre les nombreux avis a posteriori.
Ma famille maternelle étant issue de Fresens, j'ai habité toute ma jeunesse à Boudry dans la maison de mes parents et continué ma route en faisant une courte halte à Saint-Aubin–Sauges après mariage, dans un petit immeuble nous appartenant. J'ai terminé mon périple à Concise…raison pour laquelle je me sens un peu de partout et de nulle part. Je suis forcément partisane pour d'autres fusions, à savoir Vaumarcus - Vernéaz avec Saint-Aubin-Sauges en cassant les frontières du côté de Concise et en poussant même la chansonnette jusqu'à Mutrux et Provence. Et pourquoi pas lorgner sur ce beau village de Bevaix qui n'aurait plus qu'à tendre le bras pour toucher Saint-Aubin ? Tout le monde sait que l'union fait la force et fusionner est synonyme d'économie pour nous citoyens qui pestons toujours à voix basse sur l'augmentation des impôts.
Si ces fusions pouvaient se faire, j'aurais à nouveau le sentiment de retrouver mes racines et de me sentir un petit peu plus "chez moi"…avec les avantages en plus. Alors soyons futuristes et osons.
Myriam Baechler de 1426 Concise


Alban, Val-de-Travers 19.08.2013. 17:06

Alban, Val-de-Travers Chers amis Bérochaux,

Sur le site internet de l’Association de citoyen de la Béroche je viens d'apprendre que vous venez de fêter le 125ème anniversaire de la fusion des communes de Vaumarcus, Vernéaz, Saint-Aubin et Sauges).

J’étais persuadé que c’était une seule commune et que vous avez fêté le 125ème anniversaire de la Béroche et je n’ai jamais su qu’il y a cinq communes. J’étais étonné, car chez nous à Val-de-Travers, on disait toujours que de l’autre côté du Creux-du-Van c’est la Béroche et c'est d'ailleurs sous ce nom que vous êtes connus et reconnus dans notre canton.

Je ne comprends pas pourquoi vous ne vous unifiez pas, car vous avez tout : le nom, les liens historiques très forts et bien plus forts qu'au Val-de-Travers.

J’habite dans une commune fusionnée et je peux vous dire que le succès de cette fusion a poussé d'autres communes du canton de Neuchâtel à fusionner également.

Alban, Val-de-Travers


Sylvain (Lausanne) 17.08.2013. 09:16

Sylvain (Lausanne) Chers amis Bérochaux,

Je connais bien votre région : j’y ai des amis et des collègues de travail.

Après les festivités organisées au début d’août 2013, si bien expliquées sur le site de l’Association de citoyens de la Béroche, je pense que vous devriez fusionner vos communes en une seule dont le nom existe déjà (la Béroche).

Votre région a ce que les autres (Val-de-Ruz, Val-de-Travers, Millevignes, le Locle, la Chaux-de-Fonds…) n’ont pas : une situation géographique exceptionnelle !

Après cette fusion, la Béroche pourrait aussi fusionner non seulement avec Bevaix, éventuellement avec Boudry et Cortaillod, mais aussi (grâce à sa situation géographique) avec les communes vaudoises qui sont limitrophes à votre région (Concise, Mutrux, Provence…).

Et une telle position est un « capital » politique énorme que d’autres régions, voisines directes de la France, n’ont pas.

Meilleures salutations.

Sylvain (Lausanne)

Laisser un commentaire.

* = champ obligatoire

:

:

:

:


Pages


Catégories


Flux RSS


Derniers Articles


Commentaires


Login