Blog de BEROCHEFUSION

Les dernières news...

Accueil · Comité de l'ACB · Béroche-Bevaix, Fête nationale sous l’étoile de la fusion de communes

Béroche-Bevaix, Fête nationale sous l’étoile de la fusion de communes

A la différence des années précédentes, cette année la fête du 1er août s’est déroulée « sous l’étoile de la fusion de communes ». Nous regrettons que notre proposition envoyée le 29 mai 2015 aux 5 conseils communaux des communes bérochales, n’ait été acceptée que par le conseil communal de Vaumarcus-Vernéaz.

Malgré cela, les 3 réponses négatives contiennent de choses positives. La Commune de Fresens voulait pouvoir utiliser une dernière fois l’emplacement qu’elle utilise depuis longtemps et qui va être prochainement occupé par des constructions nouvelles. Les communes Saint-Aubin-Sauges et Gorgier-Chez-le-Bart, qui fêtent le 1er août ensemble, et celle de Montalchez ont répondu avoir déjà pris des engagements au niveau de l’organisation de leur fête du 1er août et ne souhaitaient pas changer le programme pour cette année. Elles ont quand-même proposé que, à l’avenir, une Fête nationale à un niveau plus élargi à toutes les communes participant à Neofusion, comme cela se faisait depuis de nombreuses années au Val-de-Travers, par exemple, et se disaient disposées à étudier cette proposition, avec les autres communes de la Béroche, pour la prochaine Fête nationale et à discuter de cet objet lors de la prochaine rencontre des exécutifs communaux de la Béroche.

Donc tout n’est pas perdu. En outre, le discours de M. Pierre Aubert, conseiller général de Vaumarcus-Vernéaz a divulgué le fait, déjà connu par beaucoup personnes à la Béroche, que « Neofusion ouest », qui se basait sur le cercle scolaire « Des Cerisiers » n’englobe actuellement que la Béroche et Bevaix. Cela nous a emmené à demander aussi le discours de nos voisins des « matous ». C’est donc la première fois que nous publions les discussions d’une éventuelle future commune Béroche-Bevaix.

A Saint-Aubin, M. Alain Ribaux, conseiller d’Etat et d’origine de Bevaix, a abandonné le discours classique et a raconté une « histoire » par laquelle il a évoqué le passé et le présent.

Au moyen d’une « légende locale », il a présenté une rencontre des trois hommes, d'Uri, d'Unterwald de Schwytz, venus passer quelques jours dans notre région au début de l'été 1291. Ils y avaient été invités par leurs cousins respectifs, de St.-Aubin, de La Chaux-de-Fonds et du Val-de-Travers. Les six compères ont débuté leur visite sur le territoire de la Béroche, se baladant entre lac et montagne. Ils ont bu une curieuse boisson qui se laissait troubler par l'eau de la source voisine, se sont trouvés nez-à-nez avec un ours, pré de la ferme Robert, et l'un des participants, on ne sait lequel, qui avait sans doute un peu abusé de cette boisson, a raconté avoir vu, parmi les essences habituelles de nos forêts, un arbre très particulier en nos contrées, un palmier, dans toute sa majesté, véritable symbole de soleil, de plage et d'évasion.

Pour terminer, il a dit qu’« aujourd'hui encore cette histoire nous inspire… même sans boisson trouble… qu’il faut mettre ses forces en commun a sans doute toujours paru avoir un sens. Ainsi en va-t-il actuellement des fusions de communes, et vous êtes bien placés pour le savoir. 127 ans après celle de St.-Aubin et de Sauges, la réflexion bat son plein. Du côté du gouvernement aussi un appel à l'union a-t-il été lancé. C'est toute l'ambition du projet de circonscription unique, symbole d'une unité retrouvée pour notre beau canton. Un canton, un espace ne nous lassons-nous pas de marteler. Pour être fort, pour rayonner vers l'extérieur. Former une unité, sans uniformité, c'est la clé d'un avenir dynamique…comme l'a démontré et le démontre encore le Pacte fédéral. »

A Vaumarcus, M. Pierre Aubert, conseiller général, a exprimé sa préoccupation pour trouver les candidats pour les élections communales 2016, qui s’approchent. Selon lui, « certains élus ont déjà fait savoir qu’ils ne se représenteraient pas. La question qui se pose : Qui les remplacera ? Puisque à ce jour personne ne se presse au portillon pour repourvoir les sièges laissés vacants. Que ce soit du côté du législatif comme du côté de l’exécutif. Il est de plus en plus difficile de trouver du monde prêt à s’investir pour la vie publique. »

Il a ensuite parlé des initiatives populaires déposées en 2015, demandant aux autorités de mettre en place rapidement un processus de fusion au niveau Bérochal et qu’en même temps un groupe de réflexion propose une fusion élargie soit au niveau du district voir du cercle scolaire « Des Cerisiers » englobant ainsi les communes de Bevaix et Cortaillod ou tout dernièrement un projet plus restreint soit : Béroche - Bevaix.

Pour ce faire, chacun aura l’occasion de se prononcer étant donné que nous sommes en démocratie, mais cela implique aussi une responsabilité de chaque citoyen de savoir ce qu’il veut pour l’avenir afin de construire une région solide et durable pour les générations futures. En conclusion, il constate qu’l y aura des changements, qu’il faut s’y préparer pour assurer ensemble l’avenir et souhait pour le futur que Vaumarcus demeure un lieu où il fait bon vivre ou la population se sente en sécurité et reste un village ouvert sur l’extérieur tout en restant vigilant. Pour ce faire « tirons tous à la même corde » !

A Fresens, M. Gilles-Henri Porret, conseiller communal, constate que « Nous vivons une période qui restera probablement dans les mémoires comme un tournant pour notre village. En effet, nous nous dirigeons vers un grand changement politique et administratif. Les fonctionnements de la société et des personnes changent, les communes fusionnent, le canton envisage de supprimer les districts et pour notre part il nous faudra bientôt choisir non pas si nous désirons intégrer une commune fusionnée, mais plutôt laquelle ! »

Comme dans son discours prononcé à la même occasion avant 3 ans, il aussi soulève la question relative aux difficultés pour trouver les candidats, motivés à accomplir les tâches publiques qui devient très complexes et qui sont de plus en plus gérées régionalement.

En conclusion il dit. « Si notre commune approche probablement la fin de son existence, elle n'en est pas devenue sénile pour autant ! Quelques réalisations récentes ou en cours le prouvent : notre pont des polonais rénové en collaboration avec Vaumarcus, le futur cabinet médical régional de Bevaix et la nouvelle école dont la construction va démarrer prochainement montrent que nous restons actifs et tournés vers l'avenir ! Notons au passage que la classe villageoise accueille également des enfants de Montalchez et Vaumarcus, ce qui nous rapproche encore une fois de nos voisins. »

A Montalchez, M. Stéphane Vuillermet, conseiller communal, a relevé les difficultés concernant les affaires communales courantes que conseil communal traite, la complexité des dossiers et l’augmentation du nombre de séances en journée et même durant la pause de midi qui compliquent le rôle des conseillers communaux miliciens. De plus, le canton assainit ses finances au détriment des communes avec des reports de charge toujours plus conséquents et fragilisant ainsi l’équilibre de nos comptes et du même coup l’autonomie communale.

Comme ses collèges, il a aussi parlé des fusions de communes et de l'initiative communale demandant le conseil communal de signer une convention de fusion avec les 4 autres communes de la Béroche avant la fin de cette année. Cette initiative sera soumise au Conseil général lors de sa prochaine séance. Il a aussi relevé que, toujours dans le cadre d’une fusion, la commune participe au groupe de travail Neofusion qui rassemble des représentants des communes de la Béroche ainsi que des communes de Bevaix et Cortaillod. Les conclusions de ce groupe de travail seront publiées dans le courant de l’automne.

Il a terminé son discours en comparant la situation bérochale actuelle avec celle de la Suisse primitive en disant: "Nous devons être conscients que l’Avenir de notre commune dépendra de la fusion avec d’Autres. Les trois valeureux Waldstätten avaient déjà compris en s’unissant qu’ils seraient plus forts ensemble."

Voici les discours :

M. Alain Ribaux

M. Pierre Aubert

M. Gilles-Henri Porret

M. Stéphane Vuillermet

A Bevaix, M. Nicolas Stucki, président du Conseil communal, n’a pas fait un discours écrit. Avocat de métier, Me Stucki n’a pas parlé du passé, mais il a « plaidé » le présent et le futur. Ultérieurement, il nous a remis un document écrit. Merci.

Voici son discours:

10.08.2015. 17:27

Commentaires


Robert de Sauges 02.09.2015. 15:58

Robert de Sauges Mon village, Sauges, a déjà fusionné avec celui de Saint-Aubin en 1888. Si nos ancêtres avaient à cette époque la sagesse de fusionner leurs villages (avant 127 ans) et quelques années plus tard de s'associer avec les autres communes bérochales, Bevaix et même avec les deux communes vaudoises (Mutrux et Provence) pour construire un hôpital en 1905, pourquoi nous ne serons pas capables de fusionner nos communes à l'époque où la mondialisation réunit tout le monde et efface gentiment les frontières entre les Etats. Allons-y, fusionones nos 8 communes (Béroche, Bevaix, Mutrux et Provence) !


Pierre de Saint-Aubin 01.09.2015. 15:31

Pierre de Saint-Aubin Nos autorités communales ont des problèmes pour trouver des candidats pour les élections communales 2016, mais ne cherchent pas des solutions pour ça. Il n'y a que la fusion de communes qui peut amener des candidats de qualité. Cela nous libèrerait des conseillers communaux retraités et donnerait l'occasion aux plus jeunes de relever le défi.

Je suis d'accord avec ceux qui exigent une fusion rapide de la Béroche et Bevaix.

Cordialement votre.


Yves de Gorgier 31.08.2015. 10:05

Yves de Gorgier Vous avez raison. Une commune Béroche-Bevaix de 9000 habitants ne serait pas "petite" même pour M. Degrauve.

Alors chers citoyens de Béroche et Bevaix, engageons-nous pour la nouvelle commune Béroche-Bevaix, pour nous et pour les générations futures.


Claude de Bevaix 30.08.2015. 09:40

Claude de Bevaix Ce Monsieur a raison. Le Béroche et Bevaix ont des liens historiques, sont des voisins et collaborent bien (l’hôpital de la Béroche qui existe depuis 110 ans, fanfares, cabinet médical…).
Les conseillers communaux, qu’attendez-vous?


Olivier de Fresens 30.08.2015. 08:40

Olivier de Fresens Alors MM. Aubert, Porret et Vuillermet, pourquoi vous ne fusionnez les communes bérochales avec Bevaix?
Nous, les citoyens, avons signé des initiatives dans nos communes bérochales en laissant la porte grande ouverte aux autres communes de Neofusion mais vous ne faites rien, même maintenant quand Neofusion qui nous concerne (Ouest) ne compte plus que la Béroche et Bevaix. Qu’attendez-vous?

Laisser un commentaire.

* = champ obligatoire

:

:

:

:


Pages


Catégories


Flux RSS


Derniers Articles


Commentaires


Login